Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 19:43

Epopée d’une vélociste novice en ville 

Ce mercredi 24 octobre, je dois être à 14h à porte Dorée, dans le 12ème arrondissement. Cela me travaille depuis plusieurs jours car envie d’y aller en vélo ! Depuis que j’ai goûté aux joies du vélo en ville, je n’arrive plus à prendre le bus ou le métro…

Puis le parcours est sympathique, me semble-t-il : les boulevards des maréchaux, avec leurs pistes cyclables ; je ne risque rien… enfin, c’est ce que je crois.

Equipée de mon gilet de sécurité, de mon feu arrière qui clignote, de mes pinces serre pantalon (je n’ai pas encore le casque, cela ne saurait tarder), j’enfourche ma bicyclette et hop, on y va ! La montée jusqu’à la Plaine (qui porte bien son nom, hein !) est trop difficile, même en manœuvrant les vitesses. Je m’arrête donc au beau milieu, et continue à pied. Mais il en faut plus pour me décourager ! Je poursuis donc à vélo, passe les portes : porte de Vanves, porte de Châtillon, porte d’Orléans (trop peur du gros carrefour que je fais à pied !)… ça se passe tranquillement, même si, entre les nombreuses descentes et montées, les pistes cyclables qui s’interrompent avec leurs rebords qui nous jouent des tours (bien failli tomber une fois !), le voyage n’est pas vraiment de tout repos. Je reste vigilante et ne roule pas trop vite.

Arrivée au milieu du 13ème arrondissement, catastrophe : la chaussée est en plein travaux, et quels travaux ! Il s’agit du prolongement de la ligne de tram : pas de piste cyclable, c’est à peine s’il y a un trottoir… je ne sais pas où cela se termine, je continue donc ma route à pied, en poussant tant bien que mal mon vélo, traversant de temps à autre pour pouvoir marcher plus à l’aise en fonction de l’état du (non-trottoir…) mais ces travaux se prolongent jusque dans le 12ème, à la porte de Charenton. C’est donc une belle trotte que je fais à pied avec mon vélo, au beau milieu du chantier et des ouvriers étonnés de ma présence. Avec mon gilet jaune fluorescent, ils se demandaient peut-être si je n’étais pas une manœuvre envoyée en renfort sur les lieux… ;-)

Il est 14h25 quand j’arrive à porte Dorée, bien en retard pour écouter ma conférence. J’avais pourtant prévu large me semblait-il, 50 minutes, mais c’était sans compter sur ces fichus travaux.

A peine arrivée à la conférence, je songe déjà au retour. Hors de question que je repasse par les maréchaux ! Pas le choix : je vais devoir passer par la ville. Cela est à la fois stressant et grisant !...

Un coup d’œil sur mon plan de Paris qui ne me quitte pas depuis que je prends le vélo : le plus simple est de récupérer l’avenue Daumesnil, puis à gauche, toujours tout droit, rue Tolbiac, rue d’Alésia, rue de Vouillé et enfin rue de la Convention.

L’heure du départ a sonné, c’est parti, et joyeusement ! Et, grande fierté, je ne vais pas descendre du vélo jusqu’à destination finale ! il est pourtant 17h30, heure à laquelle le trafic ne désemplit pas sur nos routes parisiennes. Tous les conseils lus et entendus me reviennent alors en tête : attention aux portières des voitures à droite, garder environ 1m d’espace… prendre sa place sur la chaussée – j’ai autant ma place qu’un automobiliste !... bien regarder à gauche avant de tourner… avoir une conduite prévisible pour éviter tout danger… Conseils que je mets en pratique consciencieusement. Au feu, je me place tant bien que mal devant, pour être bien visible et, accessoirement, éviter les gaz des voitures au démarrage (surtout que je sens bien que c’est au démarrage de mon vélo que je fournis un gros effort musculaire, et que mon corps réclame donc une  plus forte consommation d’oxygène…).

Au niveau du métro Alésia, arrivée au feu avant le gros rond point où plusieurs avenues se croisent, trois ou quatre cyclistes sont à mes côtés. Cet énorme carrefour giratoire ne me fait pas si peur que ça, bizarrement. Les grands carrefours et ronds-points étaient pourtant, jusqu’à peu, ma hantise ! Le feu passe au vert : impression de me lancer dans la mêlée, en étant hyper attentive aux voitures venant de gauche. Je rejoins rapidement la rue d’Alésia, de l’autre côté. Victoire !! J’ai franchi le rond point !...

Le reste me semble bagatelle, désormais ! ;-) Comme je l’ai écrit, c’est sans quitter mon vélo que j’arrive à bon port, un peu fourbue, certes, douleurs aux cuisses, aux ligaments des genoux (plus de 2h de vélo, tout de même… avec de sacrées montées !! sans compter l’état des chaussées parisiennes, parfois vraiment lamentable) mais heureuse, heureuse ! ca y est, je le sens, vélo, tu ne me quitteras plus, fini, métro, bus et autres transports. C’est vrai, je l’avais lu, et je viens le confirmer, essayer le vélo, c’est l’adopter !

Quand je pense qu’il y a à peine deux mois, jamais je n’aurais osé faire du vélo seule en pleine ville…

 

Tout ce bavardage pour rendre hommage à notre vélo école et à ses très sympathiques moniteurs, car c’est bien grâce à eux, et aux balades dominicales que nous faisons en petit groupe, bien encadrés, que j’ai pu prendre confiance en moi et me débarrasser de cette peur de la chaussée et des « méchantes » voitures. En revenant de la vélo école le dimanche, je n’avais plus envie de quitter mon vélo, et c’est ainsi que je commençai, petit à petit, à aller au travail à bicyclette. J’encourage donc tous ceux qui, comme moi, ont peur du vélo en ville, à rejoindre une vélo école pour apprendre à apprivoiser cet espace peu attirant qu’est la chaussée urbaine. Nous autres cyclistes, y avons tout à fait notre place, à nous de la prendre et de la reprendre, de nous imposer (avec zen attitude of course), de faire des émules… C’est sain pour le corps et l’esprit (en rentrant de ma longue  virée, j’étais dans un état d’euphorie !), c’est écolo, c’est silencieux… me voilà devenue cycliste militante convaincue !

 

Bref… il va falloir que je me trouve rapidement un autre trajet, moi !

 Ourida

Partager cet article

Repost 0
Vanves en roue libre - dans Balades
commenter cet article

commentaires

Pierre TOULOUSE 04/11/2012 21:21

Bravo Ourida pour cette traversée épique... si tu nous avais dit ton projet on

aurait pu t'éviter des surprises et t'indiquer des plans plus agréables...

En tous cas je partage ton bonheur... et te dis à bientôt dans la ville.

Présentation

  • : vanvesenrouelibre
  • : Blog associatif pour la promotion du vélo en ville....et dans la vie!
  • Contact

Recherche